Nos randonnées et nos week-ends en 2018

Notre séjour à Anterselva dans le Sud Tyrol (I)

23 juin  :      Après un long voyage, comme Ulysse, nous retrouvons notre troupe au complet. Accueil chaleureux, chambres confortables et souper délicieux. Nous pouvons gagner nos chambres pour un bon repos, car il nous faudra être en forme pour le dimanche.


24 juin  :     Au grand complet, nous quittons l’hôtel et rejoignons un chemin forestier qui nous mène au Lac d’Anterselva. Voici la grimpette vers l’Obersee. Longue, mais sans difficulté. Le groupe se scinde en deux. Charles redescend par le chemin de la montée et font le tour du lac, côté opposé. Puis ils redescendent vers l’hôtel. Christine accompagnée de 3 Sauvages montent plus haut, de la « vraie » montagne ! Des massifs de rhododendrons à perte de vue, des torrents de montagne, superbe ! Nos amis arrivent ainsi à un col à 2200 m de haut ! Voici l’ancienne Obere Steinzgeralm, 2076 m, une ruine ! Retour à l’hôtel après quelques péripéties. 


25 juin  :      L’hôtel nous propose une balade et une guide ! Nous l’accompagons ainsi que quelques hôtes de l’hôtel. Nous partons par la promenade 11 et suivons un court moment le Rio d’Anterselva. Après quoi nous empruntons le Kohbrentesteig, sentier bien étroit, qui monte sec pendant plus d’1h30. Nous arrivons ainsi au Schwörzalm, mais il y a pénurie de cuisinier. Nous descendons au « Eggerhof » où le propriétaire se dépêche d’ôter sa pancarte « Montag, geschlossen » ! Le temps a passé et notre guide est pressée par le temps et c’est au pas de course que nous retournons à l’hôtel par le Franzosenweg. Très belle balade et excellent repas.


26 juin :      Nous prenons le bus vers Rasun di sotto. Nous remontonsun peu jusqu’au « Wasserwaldweg », un agréable chemin forestier, qui longe un petit torrent aménagé en parcours vita. À « Obestaler Höfe », nous bifurquons sur le sentier « Dolomietenrundweg ». Nous continuons notre montée vers le « Mudlerhof » qui comme par hasard, a son jour de repos ! Nous profitons malgré tout des superbes paysages sur les Dolomites. Nous redescendons à travers bois par un chemin très raide que nous abordons avec précaution. À Rasun di Sotto, nous reprenons le bus pour l’hôtel où c’est un repas de gala ! Apéritif, zakouskis et comme toujours tout est parfait.

27 juin  :        Après une bonne nuit, départ vers les Erdepyramiden. Nous prenons le bus jusqu’à Rasun di Sopra et entamons une longue montée jusqu’aux ruines du château de Neurasen. Ensuite, c’est une longue et abrupte montée qui nous rappelle que nous sommes en montagne ! Et voilà une descente tout aussi raide. Nous parvenons dans un bois où le chemin n’est visiblement pas fort usité. Il devient de plus en plus dangereux et seuls trois Sauvages poursuivent jusqu’aux Erdepyramiden. Nous nous retrouvons tous à la terrasse du Nidristhof à Asbach où l’hôtesse est charmante. Après cette pause, nous descendons dans la vallée et reprenons le bus à Unterwielenbach. 


28 juin   :     Une dernière balade, à la dure nous attend ! Nous prenons le bus jusqu’à Bad Salomon et traversons le torrent d’Anterselva. Nous passons à côté du hameau de Waldhöfe aux fermes fleuries… et les choses sérieuses débutent ! Que ce sentier forestier est raide et long ! Au Langegger Alm, après le pique-nique, le groupe se scinde! Charles et la majorité des Sauvages redescendent par un chemin d’exploitation jusqu’à Rasun di Sopra. Christine accompagnée de deux Sauvages montent jusqu’au très accueillant refuge de Hochraut. Elles y dégustent un excellent Apfelstudel avant d’entamer une longue et raide descente. Nous nous retrouvons tous à notre hôtel pour un nouveau délicieux repas.


29 juin  :     Dernière journée « cool » ! Nous faisons la découverte du « Biotopweg », chemin plutôt plat, mais à la faune et la flore très riches. Des caillebotis comme dans nos Fagnes, des plans d’eau, des marais. À Rasun di Sopra, nous prenons le bus jusqu’au Lac d’Anterselva. Certains pique-niquent sur un tronc, d’autres vont dans un bistro pour manger des frites et saucisses et les derniers s’installent à la terrasse d’un restaurant qui surplombe le lac. À l’hôtel nous prenons un dernier apéro. Nos organisateurs reçoivent un magnifique plateau en teck et du champagne local. Mille fois merci pour votre générosité ! Christine et Charles.


30 juin  :      Après un dernier copieux petit déjeuner, nous saluons le personnel de l’hôtel qui nous a permis de passer un très bon séjour et nous nous disons au revoir et à bientôt pour d’autres aventures.

Notre week-end dans les Fagnes

22 septembre :      À la Baraque Michel, petite présentation de notre guide mandatée, Maria. Le groupe part sur les chapeaux de roue et certains papotent…ce n’est pas du  goût de notre guide ! La troupe se calme et nous pénétrons dans la Zone C. Magnifiques panoramas, vue sur Aachen, l’Eifel et sur l’immense étendue de Fagnes. Quelques fanions, quelques herbes nouées nous montrent le tracé à suivre dans ces hautes herbes jaunes. Nous remplissons notre mémoire de tous ses paysages sauvages. À la Baraque Michel, nous buvons le verre de l’amitié avec Maria, que nous remercions vivement pour ces moments magnifiques.


23 septembre : Au Centre Nature, il pleut… et il ne pleuvra qu’une fois… toute la journée ! Nous voilà partis pour la Fagne jusqu’à la Fontaine Périgny. Nous suivons un des débuts de la Helle et empruntons un coupe-feu dans le Noir Flohai ! Encore une nouvelle interdiction ! Nous poursuivons le long de la Helle. Au pont Marie-Anne Libert, Christine décide de longer la Helle jusqu’au pont suivant. Nos pieds sont détrempés, aussi certains s’arrêtent pour vider leurs bottines. Nous retrouvons le sentier prévu par Charles et c’est détrempés, après un parcours de 22km, que nous arrivons au Centre Nature où seulement quelques-uns ont le courage de boire un verre.

24 septembre : Du barrage de Robertville, nous marchons dans le bois au-dessus de la Warche. Très belle vue sur le château de Reinhardstein. Nous descendons pour traverser la Warche et longer le Bayehon et ensuite remonter le Roannay et rejoindre le hameau de Noupré. Dans la vallée, nous retrouvons le Bayehon que nous traversons sur des nombreux ponts douteux. Nous allons au point de vue de la cascade de Reinhardstein et rejoignons nos voitures. Un dernier crochet par la baraque Michel où nous prenons le dernier verre de l’amitié, des tartes et de la soupe avant de se quitter après un bon séjour où le soleil nous fit défaut.


Notre séjour à Larochette (L)

23 octobre :    Les premiers Sauvage sont à l’auberge de jeunesse, tandis que d’autres se trouvent immobilisés sur l’autoroute à Strassen ! Charles part avec les premiers arrivés, les autres suivront sous la conduite de Christine. Une bonne grimpette, des escaliers pour nous donner un avant-gout du séjour et un beau chemin de corniche autour de Larochette. Nous descendons dans Larochette et remontons sur l’autre versant de la vallée en direction de Meysembourg. Retour à Larochette par un beau sentier qui surplombe le Manzenbaach. Belle descente dans les bois suivie d’une rude montée vers le château. Encore des escaliers et un étroit sentier qui nous ramène à l’auberge.


24 octobre :    Nous partons en voiture à Müllerthal, où nous débutons notre balade par une montée d’escaliers. Nous parcourons un chemin de corniche pour redescendre par une belle volée d’escaliers. Nous empruntons  une longue allée passant entre 2 rangées de rochers, typique à cette région. Certains montent au « Sonnenuhr » …et perdent la tête du groupe ! Charles continue avec le groupe de tête et Christine poursuit sa route avec les suivants. Superbe parcours en corniche, plein d’escaliers, de beaux points de vue, des rochers au nom bizarre. Cest en désordre que nous nous retrouvons à la taverne du Müllerthal. Mémorable journée, mais quelle belle balade !

25 octobre :    Nous partons de Berdorf, où nous commençons par visiter l’amphithéâtre naturel. Une petite erreur de parcours avant de retrouver notre chemin barré ! En bons Sauvages, nous passons outre et devons enjamber de nombreux troncs, forêt décimée par la tempête du mois de juin. Mais le parcours entre d’énormes rochers est superbe. Nous avons pris du retard et nous décidons d’écourter. Nous parcourons un beau chemin qui surplombe la vallée encaissée. Nous passons sur l’autre versant. Le chemin s’élève doucement en passant par le point de vue du Gaierslay. Arrivés au sommet, nous traversons une prairie et c’est par de petites routes que nous rejoignons nos voitures.


26 octobre :    Au château de Beaufort, nous abandonnons Charles, convalescent et nous voilà partis ! Nous passons près du château et traversons une zone humide par des caillebotis solides et bien entretenus ! Voici une première montée qui nous mène dans une sorte de gorge. À nouveau, ces mêmes roches de part et d’autre de la vallée. Nous descendons vers Kippingli pour mieux remonter et avoir quelques beaux points de vue sur la Sûre. Enfin une belle descente qui nous conduit dans la vallée d’un petit ruisseau que nous remontons jusqu’au parking du château. Au restaurant le Douro nous prenons un bon repas pour clôturer ce beau séjour.


...le Sauvages au restaurant le Douro.