Nos randonnées vélo en 2018

À coups de pédales à Essen

27 avril :     Le parking sis devant le gite des amis de la nature d’Essen est dès 10 h 15, pris d’assaut par les Sauvages. Nous démarrons du gîte … Mais Il y a quelques retardataires que           Jean-Pierre et Christine récupèrent au le passage à niveau. Celui-ci franchi, Monique et Christine loupent la bifurcation ! Heureusement, Christine s’en rend vite compte. Prairies et bois alternent et pour nous plaire, c’est plat ! Nous  poursuivons notre balade et près du point 8, nous découvrons un « fietscafé » dans les bois !  Soupes et boissons sont appréciées et nous pouvons repartir vers notre gîte où nous recevrons un repas tout à fait agréable.


28 avril  :    Nous passons par le centre d’Essen. Au point 99, nous tournons  à gauche et nous voilà perdus ! Nous faisons tous demi-tour pour retrouver une balise pas très visible. Akram nous donne rendez-vous à Standdaarbuiten, mais c’est en dehors de notre route. Un local explique à Greet où nous pourrons trouver un « fietscafé » et nous découvrons un « Yachtcafé » où on nous sert de délicieuses soupes et tartes. Il pleut et il vente lorsque nous quittons le café, mais rapidement, le temps s’améliore. Finalement, c’est secs que nous rejoignons notre gîte où nous buvons un bon Cava comme apéritif et un bon souper.



29 avril  :      Il fait infect ! Pluie, vent ! Nicole et Dominique nous rejoignent sur un superbe tandem… au pneu plat ! Après Essen, Jean-Claude renonce ! Les autres poursuivent courageusement. Belles campagnes… un peu trop arrosées. À Stabroek nous retrouvons Nicole et Dominique qui ont reçu l’autorisation de pique-niquer sur une terrasse, pour se faire chasser un peu plus tard. Mais les autres, bien mouillés préfèrent pique-niquer au chaud. Nous perdons Christine qui retournera sans raccourci (sic) au gîte. Quant aux « rescapés », ils tomberont par hasard sur le Bosduif à Kapellen. Ils repartent sans Charles et Christian, qui prendront un raccourci. Finalement, tout le monde se retrouve au gîte.


30 avril   :     Que fait-on ! Il pleut, il vente et le gros de la troupe la trouve mauvaise ! Mais si presque tous décident de rentrer, 6 valeureux Sauvages demeurent et vont parcourir les 40 derniers kms du we. À part une mini-tornade, nos amis ont fait une belle balade et ont pique-niqué à Loenhout.

À part la pluie, invitée non désirée, ce fut  un bon séjour dans une bonne ambiance !

Ronquières : le canal de Charleroi et le canal du Centre

Nous débutons notre parcours vélo par une bonne mise en jambes: la montée du plan incliné de Ronquières ! Après quelques kilomètres, nous voilà confrontés au premier obstacle, le RAVeL est fermé pour cause de travaux. Nous traversons le canal pour un chemin en mauvais état... Nouveaux travaux, nouvelle traversée du canal… et nous voilà perdus dans les rues de La Louvière. Avec l’aide d’un passant nous rejoignons l’ancien canal du Centre. Retour par les ascenseurs de Strépy… une belle côte ! Nos aventures se poursuivent, nous tombons en plein trail cycliste. La fin du périple est superbe et bien plus calme le long de l’ancien canal de Charleroi.


Les ascenseurs hydrauliques du canal du Centre
1) Le bateau s'avance dans l'ascenseur de gauche.
2 et 3) L’ascenseur de gauche monte par contrepoids de l’ascenseur de droite.
4) L’ascenseur de gauche est au niveau supérieur, celui de droite au niveau inférieur.

Des huit ascenseurs hydrauliques à bateaux édifiés au début du XXème siècle, les quatre ascenseurs du canal du Centre sont les seuls au monde subsistant dans leur état originel de fonctionnement et toujours en cours d’utilisation.

Strépy-Braquegnies :

le canal du Centre et le canal Nimy-Blaton

Pagaille aux ascenseurs de Strépy-Braquegnies ! Les pneus de Francine sont trop plats, Bernadette a oublié son portefeuille dans la voiture… Nous descendons vers le canal que nous suivons avant de le traverser pour contourner le Grand Large. À Hautrage, Christian crève un pneu… que Sylvain répare. Nous trouvons un café pour le casse-croute, mais au départ nous perdons Christian. Christine part à sa recherche pendant que le gros de la troupe retourne à Strépy sous la conduite de Charles. Sur le parking un couple charmant nous guide jusqu’à Maurage où nous buvons notre verre au café du Pont Levis. Au total, 60 kms, mais 71 pour Christine et Christian….